L’équipe de néonatologie intervient pour aider les nouveaux-nés qui ont du mal à s’adapter à ce nouvel environnement, et intervient également pour soigner les enfants qui naissent avec des malformations ou des anomalies génétiques.

La plupart du temps leur maturation a attendu neuf mois pour permettre aux bébés de découvrir leur nouvel univers, mais il arrive parfois qu’ils naissent avant terme ou qu’ils présentent à la naissance des problèmes de santé.

Leur rôle devient indispensable quand l’accouchement se produit avant la fin du terme, à savoir avant la 37e semaine de grossesse. Les nouveaux-nés sont alors des prématurés.

En dessous de trente-deux semaines, on parle de grand prématuré.

Le nouveau-né a de la peine à respirer et doit absolument être admis en service de réanimation néonatale, où toutes les fonctions vitales ainsi que l’activité cérébrale des prématurés sont constamment surveillées. Car si le cerveau est mal oxygéné, des séquelles peuvent survenir même plusieurs années plus tard, comme des retards de croissance, des difficultés d’apprentissage ou des troubles moteurs.

Durant leur croissance, ces enfants seront surveillés plus que les autres et il faudra attendre au moins l’âge de 6 ans pour savoir s’ils ont un développement physique et psychologique normal.

L’équipe de néonatologie intervient pour aider les nouveaux-nés qui ont du mal à s’adapter à ce nouvel environnement, et intervient également pour soigner les enfants qui naissent avec des malformations ou des anomalies génétiques.

Il y a trente ans, la médecine n’aurait pas pu sauver un grand nombre de ces prématurés, mais en sachant que 20 % d’entre eux auront des séquelles, on peut se demander jusqu’où aller pour sauver une vie…

Les équipes de néonatologie sont constamment confrontées à ce dilemme et doivent prendre rapidement une décision, tout en informant les parents des risques encourus.